La Qualité de l'eau

De l'excellence pour l'eau !

Le Syndicat produit tout au long de l’année une eau d’excellente qualité, faisant état d’un taux de conformité microbiologique constant de 100% année après année.

La composition chimique de l’eau distribuée par le SMIPEP peut quant à elle évoluer en fonction de la ressource utilisée.

Les eaux du lac de la Mouche sont par exemple plus calcaires que les eaux présentes dans les lacs de la Liez ou de Charmes. De même, l’eau brute étant puisée dans des lacs, la température de l’eau potable évolue tout au long de l’année, pouvant varier de 5°C à 20°C au robinet.

Composition de l'eau du robinet

Les données sont celles observées aux points de mise en distribution et de consommation (usines de production et châteaux d'eau des communes).

La caractérisation de l'eau résulte ici d'analyses réglementaires réalisées par l'Agence Régionale de Santé et des analyses d'auto-contrôle pilotées par le délégataire du service. 

tab.png

Contrôle de la qualité

En France, l'eau du robinet est l'un des aliments les plus contrôlés. Elle fait l'objet d'un suivi permanent, destiné à en garantir la sécurité sanitaire.

Dans le cadre du contrat de délégation qui le lie au SMIPEP, le délégataire Veolia Eau effectue des analyses quotidiennes sur l'eau produite par les usines de Champigny-lès-Langres et de Rolampont. Ce sont des analyses dites d'auto-contrôle.

Les analyses "officielles" du contrôle sanitaire des eaux sont réalisées quant à elles par l'Agence Régionale de Santé (A.R.S.). Ces contrôles sont inopinés, et peuvent être réalisés en tout point du réseau.

Il peut arriver exceptionnellement que l'eau analysée ne satisfasse pas aux critères de qualité imposés par la réglementation. On distingue alors deux types de non-conformités :

  • les non-conformités sur les références de qualité : ce sont des valeurs indicatives établies à des fins de suivi des installations de production et de distribution d’eau potable. Un dépassement ne traduit pas un risque sanitaire pour le consommateur mais implique la mise en œuvre d’actions correctives.

  • les non-conformités sur les limites de qualité : elles visent les paramètres susceptibles de générer des risques immédiats ou à plus long terme pour la santé du consommateur. Le dépassement de ces limites de qualité entraîne à déclarer une eau non-potable. Des actions immédiates sont alors entreprises pour protéger la santé des consommateurs et rétablir une situation normale.

Dernières analyses de l'A.R.S.

Eau potable

Saulxures

8 décembre 2021

Rolampont

5 octobre 2021

 

Langres

30 septembre 2021

Champigny-lès-Langres

23 novembre 2021

Villegusien-le-Lac

26 août 2021

Varennes-sur-Amance

16 septembre 2021

Eaux brutes 

lac de Charmes

24 août 2021

lac de la Liez

12 octobre 2021

lac de la Mouche

11 mai 2021